03.28.62.99.13

Le Chêne Qui Cont&ditions

Projet

CONSTAT

Le livre n’est pas un objet de consommation courante. Il est le résultat d’un long processus de création et de maturation où le fond et la forme sont en accord.
Quoi de plus vivant qu’une bibliothèque ou aucun livre n’a le même format.
Quoi de plus jubilatoire que le rapport sensuel au livre, son odeur, ses textures, ses couleurs…
Ne rejetons pas les vertus de la démocratisation du livre par la production de masse. Continuons à explorer le rapport du livre avec l’artisanat et le beau geste.
Aujourd’hui produire un livre est extrêmement simple: quelques clics sur le net, et le tour est joué.
Au-delà de la joie de recevoir les premiers exemplaires du texte patiemment écrit, se pose la question de la rencontre avec le public.
Sur plus de 700 livres de la rentrée littéraire de 2015, combien arriveront sur la table des libraires. J’ai vu chez un grand libraire du nord des employés manier des livres comme des boîtes de conserve et prouver au consommateur ébahi la vaine richesse de l’industrie de l’édition.
Combien, parmi ces livres partiront au pilon sans que la couverture ait vu le jour?
Qui a fréquenté les salons du livre sait combien ces lieux peuvent être d’une extrême tristesse?
Des mètres de table, des paquets de livres ou simplement un ouvrage esseulé, posé sur une nappe de papier blanc. Des auteurs tous plus tristes les uns que les autres ne sont pas là pour inciter le lecteur s’approcher des tables pour engager la conversation.
A un auteur, que je questionnais sur le contact avec le public, m’a répondu :

«- Oh vous savez, je ne vais quand-même pas écrire en public. Mon activité est assez solitaire. Je fais des salons parce que j’y suis obligé.»

PROJET

La création d’un livre doit intégrer aujourd’hui els nouvelles données de la société du XXIème siècle;

Produire pour jeter est inadmissible

Produire un livre est impensable, le créer est la juste voix.

Le lecteur doit aussi entrer dans le processus actif de la création des livres.

Fort de tous ces constats, «Le Chêne Qui Conte-&ditions» a pris trois axes de travail :

  1. Prise en charge totale de la création du livre.
    • Ecrire est une urgence.
    • Accorder le fond et la forme est une nécessité.
  2. Prise en charge de l’animation du livre.
    • Aller vers le lecteur en faisant vivre le livre est un devoir.
    • Révéler mes éventuels secrets de fabrication.
  3. Prise en charge de la diffusion.
    • Participer sous la forme d’ateliers et démonstration vivante aux manifestations de promotion du livre.
    • Proposer des ouvrages en lien étroit avec les villes et les thèmes des salons.

HISTORIQUE.

La première création : LA BALADE DE LA DAME BLANCHE

Né après des années de balade contée, ce premier ouvrage est un hommage pictural et littéraire à une légende flamande et esquelbecquoise «La dame blanche». Nadine d’Hoorne qui a suivi les balades du conteur Jean François QUENIART, après deux ans de travail a proposé sa propre vision de l’histoire à travers douze tableaux.

Sortie en 2012, le 21 janvier à la maison du Westhoek

La première collection : LA BALADE DES COQUELICOTS ETDES BLEUETS.

Parler du premier conflit mondial à travers l’histoire d’une fratrie de paysans les«Roussel» et la gageure de cette première collection. Entre 2014 et 2018 paraîtront 5 ouvrages composés de 2 à 6 nouvelles pour vivre au quotidien.

En 2014 le 17 mai à la maison du Westhoek.

Remonter